Projet scientifique
Axe 1 : Fabrications de l’urbain (2016-2024)

« La qualité des logements implique de s’intéresser autant à la santé publique qu’au bien-être des habitants »

Le Monde 14 août 2021

Le Monde
14 août 2021

Tribune. "La crise sanitaire et environnementale actuelle exacerbe la critique de l’urbanisation, et la promotion des territoires périphériques se porte au chevet des métropoles dites malades. Les campagnes et les petites villes seraient le nouveau remède à la suractivité urbaine : plus de nature, de lenteur et une meilleure santé.

Ce récit de la chute et de la rédemption n’est pas inédit. Comme l’a montré le philosophe Georges Canguilhem (1904-1995) pour la médecine, les récits sur le normal et le pathologique ligotent la pensée des urbanistes depuis au moins deux siècles.

Dès le XIXe siècle, les hygiénistes s’étaient attachés à promouvoir la santé publique en considérant les populations « en masse », à établir des statistiques et à cartographier des espaces insalubres destinés à être reconstruits selon les canons de l’architecture moderne."

Pour la suite

Voir le lien
https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/08/14/la-qualite-des-logements-implique-de-s-interesser-autant-a-la-sante-publique-qu-au-bien-etre-des-habitants_6091409_3232.html

ou le texte ci joint