Projet scientifique
Axe 1 : Fabrications de l’urbain (2016-2024)

De la nécessité de (certains) lieux

2008| In Berque, A., Biase, A. de, Bonnin, P., L’habiter dans sa poétique première |éditions Donner lieu | Paris | pp. 296-309

Pour s’écarter des fureurs abstraites des analyses où les gens et les lieux sont devenus invisibles et superflus, il est nécessaire de revenir à la tangibilité du monde, à sa concrétude phénomènique. Si la Terre est le milieu du sens, comme le disait Dardel, alors il y a des lieux (et des figures géographiques) exprimant d’une manière particulière les tensions, les gênes, le dynamisme, les continuités des passages entre d’anciennes situations et des nouvelles. Des lieux, souvent des seuils, où se passe quelque chose qui nous met à nu face à l’impossible indifférence réciproque entre nous et le monde ; lieux au contact desquels les significations prennent sens et nous offrent, avec leur discours, des métaphores, des occasions et des hypothèses qui peuvent se révéler utiles à notre être au monde et dans le monde.