À la une des axes de recherches

Axe 1
Fabrications de l’urbain

Axe 2
Justice et inégalités

Axe 3
Héritages et innovations dans la construction des territoires

Axe 4
Injonctions politiques et pratiques alternatives

Axe 5
Interfaces : métropolisations et dynamiques rurales

Axe 1 Fabrications de l’urbain

Ce que l’on jardine

les « permis de végétaliser » de vingt municipalités françaises et le projet de la rue-jardin Kléber à Bordeaux

Ciudades socialistas del siglo XXI

El caso de Venezuela - 28 al 30 de Junio 2021

Journée d’étude « Autour des pratiques de la création située »

paysage, architecture, arts, littérature

La littérature grise en tant qu’objet de recherche

Séminaire doctoral

Exposition « La construction du champ #1 : le chantier »

Galerie Jean-Collet de Vitry-sur-Seine

Axe 2 Justice et inégalités

Axe 3 Héritages et innovations dans la construction des territoires

Les carnets du réemploi

Architecture d’Aujourd’hui

Soutenance de thèse de Jerry Michel - 29 juin 2021.

Patrimonialisation et construction de la mémoire dans les sociétés post-esclavagistes : le cas des habitations coloniales en Haïti

Mobilités, Visibilités, Croyances : La fabrique de la ville par le religieux

Lieux et Enjeux N°7 - 22-06-2021

Apprendre de Bamako

Présentation de l’ouvrage Vincent Laureau 2020 - Mardi 22 juin 2021

Optimistic Suburbia 2

European Middle Class Mass Housing

Axe 4 Injonctions politiques et pratiques alternatives

Séminaire Lieux et Enjeux N°3 - 09 février 2021

Terrain urbain, terrain humain : s’engager hors des murs des Ecoles

Séminaire doctoral Mosaïques : Le plan de thèse

Séance du 15/01/21

Soutenance de thèse de Darysleida Sosa Valdez - lundi 7 décembre 2020

Autoconstruits, précaires, écologiques ? Enquête sur la durabilité urbaine des barrios à Saint-Domingue

Dakar, proie des eaux. Sociologie de la ville catastrophée

Soutenance de Leclercq Romain - 11 décembre 2020 - Visio-conférence

Séminaire « Marcher, inscrire et habiter les sentiers métropolitains »

Vendredi 9 octobre 2020

Axe 5 Interfaces : métropolisations et dynamiques rurales

Séminaire Lieux et Enjeux N°2 - 29 janvier 2021

Habiter les campagnes urbaines : retour et renouveau Acte 1 : Les formes de revitalisation

Séminaire doctoral Mosaïques - La bibliographie

Séance du 16/10/20

Séminaire doctoral Mosaïques : Montrons-nous nos carnets !

Séance du 24/05/19 : Montrons-nous nos carnets !

Séminaire « Interfaces : questions autour de l’alimentation ? »

Séminaire LAVUE-Mosaïques - jeudi 7 mars 2019 à l’Université Paris Nanterre

Séminaire doctoral

Thème de la séance : « Comparer l’incomparable »

À noter

Motion de la Conférence des présidents de sections du Comité national (CPCN)
Actions publiques
Pétition du collectif Rogue ESR
Actions publiques
Demande de démission de Mme la Ministre
Actions publiques

Journal
Une Vue du LAVUE
#11
Mars 2021

Dernières soutenances

Patrimonialisation et construction de la mémoire dans les sociétés post-esclavagistes : le cas des habitations coloniales en Haïti
Avis de soutenance d’Habilitation à Diriger des Recherches
Autoconstruits, précaires, écologiques ? Enquête sur la durabilité urbaine des barrios à Saint-Domingue
juillet 2021 :

Rien pour ce mois

juin 2021 | août 2021

mardi 29 juin

Soutenance de la thèse de doctorat de Jerry Michel « Patrimonialisation et construction de la mémoire dans les sociétés post-esclavagistes : le cas des habitations coloniales en Haïti »
Thèse de doctorat en sociologie réalisée en cotutelle à l’Université Paris
VIII et l’Université d’État d’Haïti sous la direction de la Professeure Claire Lévy-Vroelant et du professeur Laënnec Hurbon
Les habitations coloniales en Haïti, ces « extraordinaires conservatoires du patrimoine historique de l’économie de plantation du XVIIIe siècle » (De Cauna, 2003 ; 2013), se caractérisent par leur diversité, et par leurs transformations structurelles marquées par l’histoire complexe de cette société postcoloniale. Loin d’être de simples lieux de transition entre la période coloniale et la période postcoloniale, elles sont réappropriées ou négligées, patrimonialisées, instrumentalisées, médiatisées, objets de consensus mais aussi de conflits de mémoires. Les expériences politiques, patrimoniales, mémorielles, éducatives, sociales, culturelles et identitaires qui s’y produisent sont multiples. Progressivement patrimonialisés en lieux de mémoire potentiels ou vestiges coloniaux abandonnés, ces « sites d’Haïti à haute valeur culturelle, historique ou architecturale » (Ispan, 2014) sont devenus aujourd’hui des scènes nécessaires où se représentent les objets et les symboles de la mémoire de l’esclavage. Mais malgré la place importante que tiennent ces structures plantationnaires dans l’histoire de la traite et de l’esclavage colonial, elles ont fait l’objet de peu d’attention. Cela s’inscrit dans une histoire de négligence du patrimoine archéologique amérindien, puis colonial, de la part de l’État haïtien (Joseph, Camille, Joseph, Michel, 2020). Ma thèse propose alors une étude sociologique des habitations coloniales en Haïti, par l’approche des usages et des enjeux qui articulent le processus de mise en mémoire et de patrimonialisation de ces lieux de mémoire potentiels. Il s’agit de déterminer les fonctions, les utilisations et les symboliques de ces vestiges coloniaux dans l’organisation et la vie de la société haïtienne postcoloniale. De quelles façons et pour quels motifs, a-t-on recours aux habitations coloniales en Haïti ? Quel sens leur est attribué, par qui et pour qui ? Comment s’organisent leur processus de mise en mémoire et de patrimonialisation ou leur abandon pur et simple ?
Cette étude repose sur un dépouillement minutieux des sources textuelles et cartographiques anciennes et sur un corpus représentatif de différents types et formes d’habitations coloniales, datées du XVIIIe siècle, situées dans la société haïtienne dans laquelle l’urbanité et la ruralité se mêlent et se questionnent, au-delà des formes de dualisme et des frontières géographiques prédéfinies. Suivant une approche diachronique et contextuelle, l’étude tient compte de plusieurs données historiques, ethnographiques et visuelles : les archives, l’observation, l’entretien informel et semi-directif, puis l’analyse de contenu et la photographie. L’analyse d’un corpus soigneusement sélectionné d’habitations coloniales contribue à l’examen des appropriations, des revendications et des conflits liés à la fabrique contemporaine des mémoires collectives et des patrimoines de l’esclavage. Enfin, le processus de reconnaissance collective et de mise en patrimoine qui entoure les habitations coloniales en Haïti fournit des informations sur les fonctions de ces espaces et sur les valeurs politiques, économiques, sociales, culturelles, identitaires conflictuelles qui s’y expriment. À travers le regroupement et l’analyse de ces données, ce sont les expériences de l’esclavage représentées dans la mémoire collective des sociétés postcoloniales qui se trouve au cœur de ma thèse. Cette dernière a permis de comprendre non seulement que ce sont des familles de l’élite économique et culturelle qui organisent majoritairement la mise en mémoire de l’esclavage dans les habitations coloniales patrimonialisées et mobilisées comme des vitrines de la culture en Haïti, mais aussi que les rapports sociaux racistes de domination esclavagistes sont masqués au profit d’un consensus sur l’héroïsation de l’histoire d’Haïti.
Lieu : Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis
Adresse : 2, rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis
Horaire : 15h-20h
Logo Ministère de la culture et de la communication
Logo Centre national de la recherche scientifique (<span class="caps">CNRS</span>)
Logo École nationale supérieure d'architecture de Paris-La Villette (<span class="caps">ENSAPLV</span>)
Logo Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Logo Université Paris 8 - Vincennes-Saint-Denis
Logo École nationale supérieure d'architecture de Paris-Val de Seine (<span class="caps">ENSAPVS</span>)