Murs habités, pour une eco-esthetique du vivant
Dynamiques des écosystèmes anthropisés dans l’emprise des épaisseurs constructives. Acceptabilité du vivant sur les façades des bâtiments

Directeur de la thèse : Martine Bouchier
Co-directeur : Philippe Clergeau
École doctorale : ED 395, Paris Ouest Nanterre, La Défense
Année d’Inscription : 2015
Financement : ANR Eco Ville

Résumé

Les “murs végétalisés”permettent, avec une très faible emprise au sol, de renforcer la végétalisation des milieux urbains. Cette recherche interroge les modalités d’acceptabilités écologiques, techniques et sociales d’implantation spontanée du vivant sur les façades des bâtiments. L’enjeu est de mettre à jour les modalités d’une valorisation positive du bâtiment par une végétalisation verticale spontanée du bâti habituellement synonyme de dégradation voire de ruine.