Projet scientifique
Axe 1 : Fabrications de l’urbain (2016-2018)

L’intermédiation au service de la régulation des rapports sociaux dans la politique de la ville.

Directeur de la thèse : Agnès Deboulet
École doctorale : ED 401 Sciences Sociales
Année d’Inscription : 2014
Financement : CIFRE

Résumé

Dans certains territoires en politique de la ville, la fragilité sociale et économique de la population affecte directement la gestion du patrimoine par les bailleurs sociaux (impayés, dégradations, tensions de voisinage…). Souvent désarmés pour faire face à des comportements “hors normes” de certains de leurs locataires, les organismes HLM se saisissent des outils du développement social urbain qui ont pour fondement la participation des habitants. En missionnant quasi systématiquement des prestataires externes pour mettre en oeuvre ces dispositifs, ces prestataires (au statut généralement d’associations) font alors figure d’interface entre les locataires et les institutions, et surfent sur ce qui constitue un marché de la participation qui se déploie spécifiquement sur les quartiers d’habitat social parmi les plus sensibles. Cette thèse ambitionne de comprendre les ressorts de l’intervention de ces acteurs tiers dans ces contextes urbains et institutionnels spécifiques, et interroge les tensions entre la professionnalisation de la participation, la relation aux commanditaires et le développement du pouvoir d’agir des acteurs.

Sur le même axe
Axe 1 : Fabrications de l’urbain (2016-2018 )