Projet scientifique
Axe 5 : Interfaces et nouvelles dynamiques d’urbanisation (2016-2018)

Table-ronde : Séoul réelle/Séoul rêvée.

Type de publication : Communications sans actes

Table-ronde : Séoul réelle/Séoul rêvée.
Lieu : INSTITUT FRANCAIS de Séoul (salle de conférence).
Séoul, le 23 avril 2012, 18-21 heures.

A l’occasion de la sortie de la revue de sciences humaines "Croisements" 2 sur la ville en Asie de l’Est.

Médiateur : Yves Millet

Invités : David-Pierre Jalicon, architecte DPLG, Baek Seungman, docteur EHESS et chercheur/professeur en urbanisme, Jean-Charles Jambon, philosophe, Benjamin Joinau, chercheur EHESS.

Depuis quelques années maintenant, Séoul connait un ensemble de travaux d’aménagements considérables tant sur le plan urbanistique qu’architectural. Partant de la thématique « ville réelle, vile rêvée » du numéro 2 de la revue Croisements, il s’agira pour nous de dresser plus spécifiquement des ponts entre une Séoul réelle et une Séoul rêvée ou, plus précisément, d’essayer de comprendre comment Séoul en tant que ville mais aussi en tant que capitale se pense elle-même et se projette dans l’avenir ; ce à la mesure de ce qui se passe aujourd’hui et des dernières réalisations effectuées : aménagement des rives du fleuve Han, réhabilitation de l’ancienne gare de Séoul, de l’axe de Gwanghwamun, de Dongdaemun avec le projet de Zara Hadid , ou bien encore le projet de ‘Namsan Renaissance’, etc…

L’intervention de Seungman Baek portera sur sa vision en tant qu’urbaniste coréen des différentes mutations que Séoul a pu connaitre. Il sera invité à nous donner son analyse - sinon son jugement – en tant que professionnel ayant la possibilité de faire des comparaisons à la fois avec ce qui peut se produire en France, mais surtout en Asie du Nord-Est et en province, hors Séoul, puisqu’il enseigne actuellement à Daegu.

L’intervention de Jean-Charles Jambon portera sur le projet aujourd’hui achevé de réaménagement de la gare de Séoul. Cette gare construite sous la colonisation japonaise a pu être conservée et transformée en Centre d’exposition. Après une brève présentation de l’historique du projet et de l’importance symbolique de cette gare, Jean-Charles Jambon sera invité à commenter la relation que Séoul entretien avec son passé, et si la mémoire que cette ville veut garder d’elle-même est sujet à une entreprise de négation, de réécriture ou bien d’un rapport positif ou apaisé avec son histoire. Une comparaison pourra être faite avec le nouvel Hôtel de Ville.

L’intervention de Benjamin Joinau portera sur les nouveaux axes ou nouvelles perspectives aujourd’hui dessinées dans Séoul. Plus particulièrement sur le nouvel axe de Gwanghwamun (dans lequel le projet concernant la gare de Séoul peut s’inclure pour des raisons historiques et spatiales). Autrement dit, quelle lecture est-il possible d’en faire en termes idéologiques et/ou symboliques ? Il y a-t-il possibilité de parler d’un storytelling urbanistique ou d’une volonté de spectacularisation de la ville ?

L’intervention de David-Pierre Jalicon, portera sur la place des urbanistes et/ou architectes étrangers dans ses différents aménagements de Séoul. Architecte installé à Séoul depuis de nombreuses années, il sera invité à commenter le rôle exact (réel ou de marketing ?) que peuvent avoir les intervenants étrangers, les réussites et les échecs de certaines de ces réalisations, ainsi que la part (quantitative et/ou qualitative) de leurs projets dans le secteur public et privé. En guise de conclusion, il serait également souhaitable de faire une rapide introduction des grands projets urbanistiques et/ou architecturaux à venir concernant Séoul.

Consulter l'article sur son site d'origine (AMP)
Sur le même axe
Axe 5 : Interfaces et nouvelles dynamiques d’urbanisation (2016-2018 )