Projet scientifique
Axe 4 : Pratiques d’émancipations urbaines (2016-2018)

« Du trouble à l’assistance. Vers une écologie urbaine et attentionnelle des Bacoroman à Ouagadougou »
Pedro José García Sánchez et Erwan Le Méner

in Tsantsa, revue de la Société Suisse d’Ethnologie, n° 21, 2016, pp.62-72
Dossier « Espace public, cohabitation et marginalités : Quelles nouvelles réalités et quels enjeux pour les villes contemporaines ? »
Type de publication : Articles dans des revues scientifiques à comité de lecture

Résumé

Cet article prend pour objet un registre d’expérience peu documenté au sujet des enfants des rues (bakoromans) à Ouagadougou : les rencontres avec des inconnus, en ville, porteuses de ressources diverses – de liens, de biens, d’espaces-temps protecteurs, d’opportunités d’apprentissage. Ces interactions, qui émaillent les récits des bakoroman, sont l’un des ressorts de leur installation dans l’espace public urbain et des allers-retours entre rue et foyers (institutionnels et familiaux), constitutifs de leurs trajectoires et de leurs bifurcations. De la réciprocité minimale à la vigilance relationnelle lors de ces rencontres, un répertoire attentionnel se dégage pour projeter les possibilités et limites d’une « éthique de la fragilité ». Dans ces rencontres entre les adultes inconnus et ces enfants, ces derniers prennent place en ville au travers de pédagogies circonstanciées du vivre-ensemble. Nous pouvons y repérer, en pratique, des ressources mises en œuvre pour réguler des troubles urbains, autrement que par les instruments de l’action institutionnelle et assistancielle.

Mots-clé : Trouble - Enfants des rues – Travail social – Ecologie urbaine – Tiers – Attention située – Ordre public

Abstract

 : In this paper the authors investigate a less documented side of street children’s (bakoromans) lives in Ouagadougou, namely, their encounters with strangers in town. These encounters lead to resources such as relationships, goods, protective time and space, or learning opportunities and punctuate the narratives of the bakoroman. They are one of the main dimensions of their lives in the urban public space as they go back-and-forth between the street and their homes (institutional and family). As such, these interactions participate in the construction of their biographical trajectories and bifurcations. From minimum reciprocity to relational vigilance, a broad spectrum of interactions delineates the possibilities and limits of an "ethics of fragility". Across these encounters the children create their space in the city, through circumstantial pedagogies of living together. These interactions can be read as resources to regulate urban violence, other than institutional or charitable interventions.

Key-words : Troubles - Street Children – Social Work – Urban ecology – Third parties – Located Attention – Relations in public

Consulter l'article sur son site d'origine (Mosaïques)
Sur le même axe
Axe 4 : Pratiques d’émancipations urbaines (2016-2018 )