Projet scientifique
Axe 1 : Fabrications de l’urbain (2016-2018)

Collectifs d’artistes et renouvellement urbain
Tensions autour du rôle du travail artistique dans le projet urbain

In Situ [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 24 juillet 2017, URL : http://journals.openedition.org/insitu/15339
Type de publication : Articles dans des revues scientifiques à comité de lecture

Le début des années 2000 voit émerger l’association de collectifs d’artistes à certains projets urbains. À l’heure de la montée d’un impératif de concertation avec les habitants, ces acteurs sont vus comme de potentiels médiateurs et sont invités à intervenir pour renforcer l’action publique. Certaines opérations de renouvellement urbain se voient affecter des financements pour la culture qui servent à développer des démarches artistiques. Cette invitation nouvelle de professionnels de la création révèle alors le rôle qu’on leur attribue autour d’enjeux pédagogiques ou politiques. Mais les représentations de ce rôle potentiel entrent parfois en contradiction. Si de la part des architectes, urbanistes et aménageurs, les attentes semblent de l’ordre de la médiation autour du projet (allant parfois jusqu’à l’acceptation sociale du projet), les artistes quant à eux peuvent se voir du côté de la création dans le projet urbain, y apportant une contribution aux côtés des autres professionnels. Cet article propose d’apporter un éclairage sur ce type de collaborations à travers l’exemple de la mise en place de résidences d’artistes dans un Grand Projet de Ville (GPV), dans le quartier de La Duchère à Lyon (2003-2017) dont l’ambitieux volet culturel a permis d’interroger les modalités spécifiques de l’action de collectifs d’artistes. La réflexion porte, d’un côté, sur la définition du cadre institutionnel de l’intervention d’artistes au sein d’un projet de renouvellement urbain et, d’un autre côté, sur les savoirs et savoir-faire attendus de l’action artistique. Nous examinerons les freins, mais aussi l’évolution des représentations qui sont au cœur du processus d’apprentissage et qui conduisent à reconsidérer le rôle de la résidence d’artistes.

—  Une place pour l’action culturelle dans le cadre des politiques de la ville à Lyon
—  La culture comme renfort de l’action sociale
—  Une ingénierie culturelle au service du Grand Projet de Ville
—  Projet artistique et accompagnement social du projet urbain
—  Apporter convivialité et réflexivité
—  Substituer un processus de création collective à celui de la démolition
—  Le projet comme processus ouvert
—  Une co-conception est-elle possible ?
—  Des rôles implicitement fixés à travers l’exemple d’un lieu pérenne
—  Évolution du cadre d’intervention et repositionnement des acteurs
—  Apprendre en marchant : « ouvrir les portes » a un coût
—  L’institutionnalisation de l’approche culturelle comme enjeu politique et méthodologique
—  Interprofessionnalités et reconnaissance : des rapports asymétriques

Consulter l'article sur son site d'origine (LET)
Sur le même axe
Axe 1 : Fabrications de l’urbain (2016-2018 )