Historique

Le LAVUE a été créé en 2010 par le CNRS. Il est le résultat du regroupement d’une unité de recherche du Ministère de la Culture (Laa-Ensa Paris La Villette) et de deux unités mixtes de recherche, LOUEST et AUS, mises en restructuration par le CNRS en 2008 et dont une partie des membres (la totalité de LOUEST et une partie seulement d’AUS) ont présenté par la suite un projet scientifique commun. Toutes deux étaient alors déjà fortement adossées au CNRS, au Ministère de la Culture via les Écoles d’architecture de Paris-La Villette, Paris-Belleville et La Défense, ainsi qu’aux Universités de Paris X Nanterre et Paris 8 Vincennes Saint-Denis. A l’origine, le cœur des recherches du LAVUE se situe ainsi dans les domaines de l’architecture, de l’urbanisme et de la ville mais toujours abordé dans une perspective de sciences sociales critique et analytique. Les formes de la ville, ses modes de production et de gestion, ses acteurs et leurs modes d’habiter font alors l’objet de la plupart des travaux qui s’y développent. Depuis, les évolutions des problématiques comme l’intégration de nouveaux membres (notamment ceux du GECKO qui ont rejoint Mosaïques ou les anthropologues de Paris 8 à AUS) ont élargi la palette des thèmes abordés. Le LAVUE accorde désormais également une large place aux pays des Sud. Les chercheurs et doctorants s’intéressent tant aux formes sociales telles que l’engagement des acteurs ou aux identités urbaines dans des univers de plus en plus interconnectés qu’aux mutations des formes socio-spatiales autour de la péri-urbanisation ainsi qu’aux problématiques environnementales. De nombreux chercheurs croisent ces thématiques avec celle de la participation et travaillent à l’intersection entre recherche fondamentale et recherche-action dans des pratiques collaboratives.