Projet scientifique
Axe 3 : Héritages et innovations dans la construction des territoires (2016-2018)

NATURPRADI
Nature(s) urbaine(s) en pratique(s) digitale(s)

Financeurs : ADEME
Partenaires : UMR LAVUE, Laboratoire Eco-anthropologie et ethnobiologie (Museum Histoire Naturelle), Medialab (Sciences Po), Ville de Paris, APUR
Coordination : Alessia de Biase
Équipe : Alessia de Biase, Carolina Marelli, Leandro Peredo, Ornella Zaza
Date : 2016-2019

Face au projet de la “ville du futur”, la nature est appelée à jouer un rôle central en tant qu’élément capable de favoriser les pratiques de socialisation urbaine et de contribuer à la résilience et à l’adaptation au changement climatique. Dans ce contexte, les technologies numériques deviennent pour les administrations publiques de plus en plus incontournables. Passant d’un outil de mise en relation à un outil de fabrication de la ville, le numérique devient un élément important de l’action publique contemporaine aussi en termes d’intégration de la nature en ville.

Le projet NATURPRADI s’insère sur le croisement des notions de développement durable et de Smart City dans le contexte de la stratégie globale que la ville de Paris a identifié comme “un Paris intelligent et durable”. .Il s’intègre dans les enjeux écologiques et sociaux propres au développement durable, tout en favorisant des projets issus des technologies de l’information et de la communication. La recherche d’abord questionne comment le numérique modifierait les pratiques analogiques de végétalisation en ville, pour ensuite analyser les types de projets urbains et d’espaces dont le numérique peut en favoriser l’apparition, pour finalement cerner la façon dont les réseaux d’acteurs se transforment.

Les principaux objectifs du projet sont : (1) Analyser comment les outils numériques peuvent aider à produire plus de nature en ville, avoir un impact sur les formes urbaines, aider à produire un nouveau type de gouvernance urbaine (en termes de jeux d’acteurs) et enfin faire ressortir (par une plateforme en ligne) les pratiques urbaines de végétalisation ; (2) Co-construire (entre administration publique, habitants, chercheurs et porteurs de projet) l’offre de services numériques en matière de nature en ville. Le but de cette co-construction est, d’un côté, d’expérimenter de nouvelles modalités de conception d’un projet urbain (entre habitants, acteurs privés et administration publique) et, de l’autre, de pouvoir comprendre, d’analyser et d’accompagner les nouvelles façons de faire la ville. Cela permettra à l’équipe de recherche de guider le partenaire territorial, la Ville de Paris, dans la définition de nouvelles méthodes d’accompagnement et de diagnostic de projets urbains.

Consulter l'article sur son site d'origine (LAA)
Sur le même axe
Axe 3 : Héritages et innovations dans la construction des territoires (2016-2018 )