Contradictions Urbaines#2
Le pérenne et le temporaire dans la fabrique urbaine. La place des grands événements sportifs et culturels contemporains

Date : 6-9 décembre 2019
Lieu : ENSA Paris-La Villette
Type d’action scientifique : Colloques

Intentions scientifiques
L’urbanisation redéfinit les liens entre systèmes étatiques, conglomérats financiers et collectivités locales, en même temps qu’elle est reconfigurée par les mouvements associatifs et populaires. La recomposition des systèmes de gouvernance et de production urbaine fait ainsi écho à l’ensemble des contradictions qui traversent la ville et les sociétés urbaines ; contradictions accentuées par une métropolisation apparemment inexorable.
Ces contradictions se situent, certes, entre des logiques globale et locale distinctes, mais elles s’étendent également aux rapports entre inclusion et éviction, mixité et ségrégation, standardisation de la production urbaine et architecturale et valorisation patrimoniale, étalement urbain et développement d’une ville durable, etc. Ces contradictions ne sont pas le simple produit du fait urbain. Elles résultent d’un ensemble de processus complexes et de nouveaux assemblages, à la croisée des transformations socio-économiques, des changements des modes de gestion et de l’augmentation des revendications spécifiquement urbaines émanant des habitants.
Pour en traiter, l’UMR 7218 LAVUE a organisé un colloque à l’automne 2017 qui posait les contradictions urbaines comme élément clé de la mutation des systèmes urbains, mais aussi des pratiques des citadins dans un univers majoritairement urbain et globalisé au devenir incertain (que ce soit au niveau économique, social, environnemental, politique, etc.). Son ambition était de préfigurer une série de colloques sur ce thème, qui intéresse autant les chercheurs que les décideurs, les professionnels que les citadins. Organisé par le LAVUE (avec le soutien de ses tutelles : Universités Paris 8 et Paris Nanterre, Ministère de la Culture) à l’ENSA Paris-Val de Seine, il a rassemblé des chercheurs de différents horizons scientifiques, qui ont analysé les ressorts et les logiques économiques, sociales et urbaines de ces contradictions, à la lumière des disciplines qui convergent sur l’urbain : géographie, urbanisme, sociologie, anthropologie, droit, économie, histoire, architecture.
Ce premier colloque a pris la forme d’une approche critique et pragmatique des contradictions urbaines sous l’angle des relations entre conflits, pratiques collaboratives et recherches citoyennes. Il a permis d’identifier des pistes pour une recherche citoyenne, dans une dimension collaborative entre citadins, universités, laboratoires et plateformes ou réseaux de collaboration multi-acteurs.

La deuxième édition du colloque « Contradictions urbaines », prévue à l’ENSA Paris La Villette les 6 et 7 décembre 2019 permettra de poursuivre ces débats, en nous focalisant cette fois sur le temporaire et le pérenne dans la fabrique urbaine. Si le pérenne renvoie notamment à des formes de patrimonialisation déjà bien documentées, le temporaire apparaît comme une modalité de fabrique de la ville à explorer. La dimension temporelle offre en effet un angle de lecture privilégié des transformations urbaines.

Dans cette perspective, les grands événements contemporains, d’ampleur mondiale, qu’ils soient sportifs ou culturels, constituent des exemples emblématiques des contradictions urbaines. Si ces grands événements engendrent et accompagnent l’implantation d’infrastructures nouvelles et participent du développement et/ou du renouvellement urbain, celles-ci ont comme caractéristique de se produire sous l’effet d’un entrechoquement de temporalités : celles des territoires installés et des urbanisations temporaires, celles de gouvernances classiques et de gouvernances adaptatives, celles encore des divergences entre projet de territoire (temps long) et projets événementiels (temps court).
Comment des événements, par définition éphémères, viennent-ils rencontrer des territoires déjà existants et comment ce qui apparaît comme du provisoire peut-il s’inscrire dans la longue durée ? Comment, au delà des grands événements, la question même de l’événement intervient-elle dans la fabrique ordinaire de la ville ? Nous évoquerons ainsi les transformations spatiales (urbaines et périurbaines) et les impacts économiques (attractivité, emploi, etc.), environnementaux (coût énergétique, durabilité, etc.) et sociaux (risque de gentrification et renforcement des inégalités) des grands événements dans le monde, qu’ils soient culturels, comme les Expositions Universelles, ou sportifs, comme les Grands Événements Sportifs Internationaux (GESI), ou autres.
Il s’agira de s’interroger sur ce rythme événementiel, qui semble caractériser le temps des villes aujourd’hui. Comment ces événements participent-ils d’une fabrique urbaine globalisée ? Mais il s’agira aussi de replacer ces méga-événements, à chaque fois, dans toute la diversité de leurs situations urbaines et politiques de par le monde.

Il sera ainsi possible d’aborder, entre autres, le sujet des Jeux Olympiques et Paralympiques, ceux de Paris 2024 notamment, au croisement entre projets olympiques et projets locaux, entre logiques métropolitaines et revendications habitantes, afin de saisir ce que ce projet fabrique dans le territoire, notamment à l’échelle micro de la ville et du quartier. On s’intéressera au débat démocratique à l’échelle municipale et intercommunale, aux espoirs comme aux déceptions de la part des habitants et usagers de l’agglomération parisienne, aux accélérations et aux blocages des processus décisionnels, aux changements d’orientation et de planification urbaine. Les JOP ne seront pas analysés seulement ici en termes de projet urbain et politique, mais comme catalyseurs des ambitions, révélateurs de partenariats et de conflits, et comme aménagements à l’échelle locale. Nous serons également attentifs aux apports des JOP dans le renforcement de l’économie locale, dans le rééquilibrage décisionnel, dans la lutte contre la stigmatisation de certains territoires et dans la montée en confiance de la population locale face aux décideurs politiques.

Porté par l’axe 3 Héritages et innovations dans la construction des territoires et l’axe 1 Fabrication de l’urbain de l’UMR, ce colloque propose d’articuler les réflexions autour de trois axes majeurs :
1. Les traces et marques des grands événements contemporains sur le tissu urbain
2. Les impacts sociaux mesurés ou pressentis des grands événements sur les populations et usagers des territoires concernés
3. Les effets des grands événements sur la gouvernance urbaine
4. La question de l’événement dans la fabrique ordinaire de la ville

Les propositions de communication sont attendues pour le 5 septembre 2019. Elles ne devront pas dépasser les 3000 signes et donneront des précisions sur le terrain, le corpus et les méthodes d’enquête. Elles seront accompagnées d’une courte biographie (300 signes maximum), ainsi que de 5 références bibliographiques.
Les propositions de communication sont à envoyer à pres.conseilscientifique.lavue@gmail.com

Comité scientifique
Alessia De Biase, Agnès Deboulet, Stéphane Tonnelat, Véronique Biau, Khedidja Mamou, Barbara Casciarri, Stephanie Vermeersch, Brice Gruet, Emmanuelle Lallement, Caroline Rozenholc, Claire Carriou, Pauline Guinard, Martin Olivera, Monique Poulot Moreau, Rosa de Marco, Ioana Iosa

Document-joint
(PDF - 138.4 ko)