Projet scientifique
Axe 3 : Héritages et innovations dans la construction des territoires (2016-2018)

Art et expérience des milieux
At the turn of the experience. Questioning what we build, sharing what we face. - vendredi 11 mars 2016

Lieu : Cité de l’architecture et du Patrimoine de Paris.
Horaires : 10h00 - 12h30
Organisateurs : Cité de l’Architecture et du Patrimoine, GERPHAU (UMR CNRS 7218 Lavue)
Type d’action scientifique : Colloques

Résumé

L’esthétisation de l’espace public, de la société (C. Ruby), du monde (J. Lipovetsky) semble être le remède contre la perte de l’expérience sensible qui caractérise en partie notre relation au réel qui est de plus en plus médiatisé à la fois par les technologies numériques qui nous mettent à distance et par la programmation des événements qui nous mettent en position de spectateur distraits arpentant les friches industrielles reconverties, les parc de sculpture, les rues libérées des voitures, le patrimoine ouvert au grand public.
L’expérience esthétique de l’artiste est fondamentale pour comprendre à quel point l’expérience qui nous est proposée est coupée ses propres conditions de production et de ses possibles extensions métaphysiques. Comment fonctionne ce que Baumgarten nomme « expérience du confus », à savoir l’expérience sensible des faits esthétiques et la production de représentations personnelles ou de modèles de compréhension élaborés par l’imagination ? C’est à partir de l’expérience de certaine artiste que je répondrais à cette question.
En effet, c’est par sa capacité d’expérience que se définit l’artiste et c’est par l’emploi d’un médium qu’il se constitue en tant que sujet dans un milieu. Le mode d’inscription des artistes dans l’univers sensible, leur immersion dans les territoires considérés à la fois comme cadre d’existence et contexte d’action détermine les milieux (physique, environnemental et social) comme une ressource esthétique immédiatement disponible. J’aborderai dans cette communication l’expérience esthétique de plusieurs artistes sortis de l’atelier pour faire l’expérience des milieux. William Turner, Claude Monet, André Breton, Richard Long, Joseph Kosuth, Liu Bolin pour montrer que c’est par la nature de leur expérience que se sont constituées aujourd’hui les multiples figures de l’artiste - l’artiste en anthropologue, en ethnographe, en travailleur social, en chauffeur de taxi- , et, que l’artiste, de part sa capacité d’expérience, reste, comme le disait Hannah Arendt dans « La crise de la Culture », le dernier individu à demeurer dans la société de masse.

Document-joint
Consulter l'article sur son site d'origine (CRH)
Sur le même axe
Axe 3 : Héritages et innovations dans la construction des territoires (2016-2018 )