Projet scientifique
Programme 2 : Villes, compétences, démocratie (2013-2015)

21/11/14 - [DPEA] Une recherche et sa méthode : Ignis mutat res. Penser l’architecture, la ville et les paysages au prisme de l’énergie

Type d’action scientifique : Présentations

Présentation de la recherche intitulée "L’habitant et la fabrication énergétique
des écoquartiers. Processus, conception, réception"
Programme de recherche "Ignis mutat res. Penser l’architecture, la ville et les paysages au prisme de l’énergie", session 2012-2014

Séance animée par Isabelle Grudet et Roberta Morelli

"Cette recherche questionne l’articulation entre deux moments de la fabrication énergétique des écoquartiers dans lesquels l’habitant a un rôle à jouer : celui de la programmation et de la conception avec celui de la réception. Elle s’intéresse à la place de l’énergie dans les pratiques des habitants et dans les dispositifs participatifs.

La question des usages dans les logements est un facteur déterminant pour atteindre les objectifs de performance énergétique. Les résultats des premières évaluations de consommation dans les écoquartiers français montrent que la mise en place d’équipements techniques performants ne suffit pas à faire baisser la consommation. Nous partons de l’idée que l’implication des habitants (de l’agglomération, riverains, présents sur le site, futurs habitants) devrait permettre de mieux cerner les préoccupations et les attentes des futurs habitants et d’être plus attentifs aux capacités d’évolution des pratiques. Nous savons cependant qu’en France aujourd’hui, les habitants sont généralement moins impliqués dans la conception architecturale que dans celle des espaces publics d’une part, et que, d’autre part, les professionnels sont souvent réticents à aborder les questions techniques et énergétiques avec eux. A partir d’une démarche constructive, nous chercherons à faire émerger les problèmes auxquels sont confrontés les professionnels, les habitants impliqués dans les dispositifs participatifs et les occupants des logements mais aussi à repérer des modalités de dialogue mises en place à propos de la question énergétique entre professionnels et profanes."

Document-joint